La Vengeance en Prada : que vaut la suite tant attendue?

vengeance-en-prada-suite-diable-s-habille-en-prada-lauren-weisberger-avis-lecture

Le Diable s’habille en Prada fait partie de mes livres classés « Chick Litt » préférés, et je ne compte plus le nombre de fois où j’ai relu le livre ou picoré certains passage rien que pour le plaisir. Je suis toute aussi fan des mésaventures de la pauvre Andy en format papier qu’en DVD, même s’ils sont sensiblement différents. Alors c’est tout naturellement que je me suis jetée sur la suite du désormais culte Le Diable s’habille en Prada lors de sa sortie.

De quoi ça parle?

Nous reprenons le cours de la vie d’Andy dix ans après qu’elle ait claqué la porte du célèbre magazine Runway et de sa tyrannique rédactrice en chef, Miranda Priesly. Après avoir baguenaudé de petits boulots de pigistes jusqu’à un travail de rédaction pour un site de mariage plus modeste, elle s’est finalement liée, de manière toute à fait inattendue à Emily Charlton, sa compagne de galère de l’époque Runway. Ensemble, elle ont fondé le magazine de mariage The Plunge promis à un brillant avenir. Et dans la foulée, Andy a rencontré Max, un riche héritier qu’elle est sur le point d’épouser. Un beau succès, en somme!

Sauf que tout ne se déroule pas exactement comme le voudrait Andy. Elle a des doutes concernant son mariage. Et si elle avait attrapé une MST parce que son mari à parlé à son ex dernièrement? Et surtout, le groupe Elias-Clark s’intéresse à The Plunge. Qu’Elias Clark rachète The Plunge serait une aubaine en or massif pour Andy et Emily, sauf que cela signifierait travailler à nouveau sous la houlette de Miranda, ce qu’Andy désire le moins du monde. Ah ça, non!

Et alors, c’était bien?

Et bien… j’ai été plutôt déçue. Retrouver les différents personnages m’a fait plaisir, mais bon sang… le rythme, Lauren, le rythme! J’ai trouvé cela plutôt mou. On vagabonde de faux problème en faux problème (que le futur mari d’Andy ait revu son ex pendant un voyage… que la belle-mère ne veuille pas qu’elle épouse son fils… que patati, patata) Alors que ne nous leurrons pas : ce qu’on veut, nous, c’est revoir le fascinant dragon Miranda (qui, figurez-vous, peut se montrer avenante lorsqu’elle veut obtenir quelque chose. Et figurez-vous qu’elle aime manifestement les enfants! Si, si!) On veut de l’affrontement épique! De la bataille à coup d’escarpins Prada! Une bataille sanglante dans un nuage de parfum Dior pour obtenir The Plunge! Car désormais Andy n’a plus à obéir à Miranda. Elles sont chacune réactrice en chef, sur un pied d’égalité, et on rêve de savoir comment tout cela va se finir! Sauf qu’entre la grossesse d’Andy, ses états d’âme tirés par les cheveux, les réunions post-natales entre mamans, l’ échéance à laquelle Andy doit prendre sa décision quant au rachat repoussée à qui mieux-mieux, on n’avance pas. (Où  est Miranda? Je veux Miranda! Remboursez! )

Donc, j’ai lu. J’ai lu. Je me suis ennuyée. J’ai tenté de démêler les nombreux flashbacks pour remettre la chronologie de l’histoire en ordre. Pendant 450 pages. Et c’est long. Et finalement, ce qui nous intéresse arrive précipitamment à la toute fin du roman, dans un gros coup de théâtre absolument captivant. Quelle dommage que ces événements arrivent si tard dans l’histoire, et que cette fin soit si courte!

Rendez-vous sur Hellocoton !

16 comments on “La Vengeance en Prada : que vaut la suite tant attendue?

  1. Je viens de le recevoir pour Noël, et j’ai lu le premier article… Je suis d’accord avec toi, je trouve ça assez lent et mou, il y a trop de détails ! Je verrais bien pour la suite, mais quelques petits détails m’ont également déçue ;)

  2. Je suis en train de le lire et d’ailleurs il ne me reste plus que quelques pages avant de le terminer. Comme toi, je trouve que cette suite manque de rythme… non pas que c’est inintéressant puisqu’une fois plongée dedans je ne vois plus l’heure passer et ce n’est que lorsque je n’arrive plus à garder les yeux ouverts que je me contrains à le poser, mais j’attendais à retrouver une Miranda pire que jamais, et là, non en fait une Miranda presque sympathique, et finalement assez peu présente. Il faut attendre la moitié du livre avant de trouver un peu de rythme et c’est bien dommage.
    J’ai préféré le premier volet, que ce soit en roman ou en film (dont je ne me lasse pas)

  3. Je ne suis pas surprise par ton résumé. J’ai adoré le Diable s’habille en Prada parce que je trouvais que c’était un chick-lit très réaliste dans sa manière de traiter les personnages.
    Je ne pense pas qu’une suite soit pertinente, surtout si elle colle au schéma de tous les autres chick-lit parce que ça ne ressemble pas à l’esprit du premier volet.

    Andy ne ressemblait pas à un cliché d’héroïne newyorkaise obsédée par le mariage et la mode, c’était une fille comme nous. Et elle espérait une carrière qui lui tenait à coeur, des amis qui pourraient être les nôtres… Elle rêvait de journalisme politique et de société, ce qui rend incompréhensible ce revirement de carrière et son amitié avec Emily dans le tome 2.

    La fin du tome 1 était très intéressante parce qu’il y avait un côté « victoire amère » : on nous poussait à nous demander ce qu’Andy avait dû sacrifier pour Miranda et ce que ça lui avait apporté. C’était une vraie « leçon de vie » qui ne tombait pas dans le moralisme bon marché : elle gagnait quelque chose tout en perdant beaucoup.
    La fin du film était d’ailleurs beaucoup moins intéressante dans le sens où Andy arrivait à « vaincre » Miranda, ce qui n’était pas le cas dans le livre. Ce qui lui arrivait, c’était qu’elle réalisait ce qu’elle voulait et ne voulait pas et en tirait des conclusions… comme dans la vie réelle!

    A côté de ça, on avait un univers glamour et des personnages fun avec des affrontements… Mais pour moi, la relation Andy/Miranda ne peut pas être celle d’une vengeance parce qu’Andy a justement réalisé que le monde de Miranda n’était pas le sien et qu’elle n’avait rien à en espérer. Pourquoi ruminerait-elle sa déconvenue 10 ans plus tard? On ne déteste pas quelqu’un qui n’est plus rien pour nous!

    Bref, pour moi cette suite sent le gros truc commercial avec un auteur qui s’est déconnectée de la fraicheur d’Andy à l’époque…

  4. Je l’ai fini il y a une dizaine de jours et j’ai aussi été bien déçue. J’en parlerai plus longuement sur mon blog. Mais que de longueurs… Je trouve que cette auteure est très irrégulière, en 5 romans que j’ai lu , un que j’ai adoré, un bien, 2 mou du genou et très moyen (dont Vengeance en Prada) et une daube absolue…

  5. Coucou,
    Ah mince ! En lisant le titre de ton article, je me suis dit : « Tiens en voilà un bon achat de rentrée… »
    A en lire ta critique, et celle qui l’ont terminé, je me pose la question d’un potentiel achat. J’ai aimé le premier, mais le fait de savoir que le rythme est mou, voire lent… Vais-je être téméraire ? J’attendrai de l’avoir entre les mains chez mon libraire et de pouvoir en feuilleter quelques pages avant de faire le grand saut.
    Merci pour cette analyse ;)
    Des Bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>